art quebec artistes peintre sculpteur
Galerie d'art
Galerie d'art




Professionnel
    

Caroline Bruens

Cofondatrice et Présidente directrice générale de l'Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec

Expert-conseil en marché de l'art


 L’Âme d’une Académie, par Louis Bruens

Qui donc est-elle ?

Née à Montréal en 1950, c'est une enfant précoce de trois ans qui participe à son tout premier récital de diction. L'enfant, l'adolescente et la jeune adulte fréquentent quotidiennement le monde du théâtre (elle accompagnait sa mère, aujourd'hui doyenne des habilleuses et âgée de 91 ans, 7 jours par semaines dans les différents théâtres de la métropole.) Immergée de ce fait, dans un monde artistique, elle rencontre les Piaf, Brel, Bécaud, Brassens, Aznavour, Cordy, Ménestrel et la relève montante des chanteurs québécois et assiste à toutes les représentations. Les comédiens tels les Gélinas, Pelletier (Denise et Gilles), Sutto, Lachapelle, Graton, Dussault, Leblanc, Fruitier, Duceppe, Lepage (Ginette, Gaston et Robert) et tant d’autres ont eux aussi laissé des traces indélébiles dans son inconscient. Un monde imaginaire et réel où tant de talents peuplent son imagination et influencent sa vision du futur. Elle est partout où se tiennent les récitals, les pièces de théâtre, elle est là où se construisent les décors, où se tiennent les répétitions, elle est tapie dans les coulisses, les loges et les salons. Le Jésus du Gèsu, le d'Artagnan de la Comédie Canadienne, le rêve et la réalité… distinguer le vrai du faux.

Tour à tour ouvreuse, placière, vendeuse de programmes, chargée du vestiaire, etc. C’est à son insu que la culture et les arts prennent déjà place dans ses pensées pour laisser de profondes marques, car elle est encore si jeune. Elle absorbe comme une éponge tout ce que lui transmettent ces mentors ambulants qui, grâce à ces tournées, avaient le temps de lui parler de musique, de peinture…et de théâtre bien sûr. Ils lui ont transmis le goût de voir, elle aussi, ces fabuleux musées français, les salles de spectacles Bobino, l’Olympia, etc. C’est vraiment très jeune, dans les coulisses et les loges qu’elle a compris qu’une médaille a toujours deux côtés, que la fragilité des êtres est un secret assez bien gardé. Ses amis, ses études, et sa passion pour les chevaux transmise intergénérationnellement de sa grand-mère maternelle à son oncle, puis grâce à son père qui la conduisait les weekends à des cours d’équitation à Bromont, à St-Bruno et à l’Estérel, tout cela la rattache encore à un autre univers. Impliquée très jeune dans l’action sociale caritative, son parcours et son comportement, quel que soit le domaine dans lequel elle évolue, en sera imprégné tout au long de sa vie. L’adulte athée conserve ce fond d’éducation judéo-chrétien acquis chez les bonnes sœurs. Généreuse de sa personne et de son temps, elle n’hésitera jamais à apporter de l’aide à son entourage, et souvent même à de purs étrangers, sans demander quoi que ce soit en retour.

Après avoir terminé ses études collégiales précocement on la trouve au Centre d’Art commercial, à Radio-Canada; du CIR (Centre International de RadioTélévision) à l’Expo 67’. Malgré un refus de la SRC de lui accorder un congé sans solde, car elle voulait absolument s'impliquer à temps plein dans la campagne électorale du Parti Québécois, elle quitte sans regret, sans jeter un simple coup en arrière,  pour recommencer au bas de l’échelle… à rayer les morts de la liste électorale du comté de Maisonneuve, comté où elle deviendra secrétaire du député Robert Burns, en mai 70'. Malgré sa jeunesse, elle accumule des expériences en édition de livre, appliquant les nouvelles méthodes acquises chez IBM. À cette époque, elle avait dix-neuf ans, quand les Éditions Métro lui donnèrent l’autorisation de traduire, de saisir et de corriger, puis d’imprimer les « prêts à photos » en utilisant les équipements que la maison d’édition avait installés à son domicile. C’était déjà une pionnière.
Vingt et un ans…Changement à 360 degrés. C’est l'amour qui amène cette citadine dans un milieu totalement rural où huit chevaux hennissent dans une écurie bancale. Le rêve quoi!  

Ses capacités multidisciplinaires, sa débrouillardise, son talent d'organisatrice et de communicatrice lui offrent un vaste champ d’application. L'univers des chevaux, de l'hôtellerie, de l'immobilier et de la construction lui servent de terrains d’expériences; son talent est grand et le terreau fertile, elle adore ce monde où tout est permis, où on peut rêver et réaliser ses rêves, des rêves, ce n’est pas ça qui lui manquent. Elle donne des cours d’équitation, organise des courses de chevaux, des Gymkana, des rodéos, un festival, des parades où elle et sa mère déguisent la moitié de la population locale. L’entreprise familiale compte des installations équestres d’une trentaine de chevaux, un bar-salon et une salle à manger, les écuries s’agrandissant d’année en année, le tout construit de leurs propres mains.
Ses acquisitions immobilières sont couronnées de succès et la construction de la maison de ses parents et de sa résidence principale occupe tout le temps du trio composé de son mari et de son beau-frère. Elle continuait donc à cumuler plusieurs métiers et aucune tâche ne la rebutait. C’est une leader née et la fille unique y trouve son compte entourée qu’elle est d’une famille de douze enfants. Elle se sent, et s’est toujours sentie, pourtant partagée entre la ville et la campagne.
Un grave accident vient changer la donne en l’immobilisant pour de longs mois pendant lesquels parents et amis lui offrent, pour la distraire, bonbons, chocolats, mets fins accompagnés de toutes les collections de livres d’art possibles et imaginables et la lectrice incorrigible qu’elle est depuis toujours, se plonge avec ravissement dans l’univers des arts visuels qu’elle approfondit. Cet accident ne l’a pas laissée se pencher à pleurer sur son sort, mais au contraire à utiliser cette longue période d’immobilisation forcée à approfondir une nouvelle passion, cette passion qui ne la quittera plus jamais : les arts visuels.
Cette période de réflexion a pour effet de la rapatrier, en 1983, de Mont-Laurier à Montréal.

Septembre 84 : Un choc culturel, enfin la vraie révélation, et c'est tour à tour en Belgique, en France, en Allemagne, en Suisse et en Italie, en compagnie de sa chère maman Laura, qu'elle se laisse envahir par une vibration artistique qui ne se démentira vraiment plus au fil des ans. La peinture, les arts… C'est d'ailleurs un historien suisse qui, par sa passion pour l’histoire, lui ouvre des horizons livresques jusqu'à ce jour. Mais cette fille de terrain a besoin de toucher… de sentir… de voir et d'éprouver.
Considérant qu’une formation en administration et en marketing lui est indispensable, mettant une fois de plus à profit ses expériences d’édition, elle poursuit quand même une formation en planification financière, obtient une licence en fonds d’investissement et travaille comme courtière au Centre national de Courtage financier, à Montréal. Diplômée de l’Institut des fonds d’investissement du Canada en décembre 1985.

Elle se passionne cependant davantage pour le volet informatique qui en est à ses débuts. Elle consacre de nombreuses heures à la réalisation des présentations professionnelles des tableaux financiers comparatifs (pour et entre différents produits et entreprises), ce qui, au tout début de l’informatique, relevait une fois encore du véritable défi et c’est son côté créatif naturel qui prend le dessus plutôt que l’aspect réel de son « nouveau métier en finance ». Habitée par les arts depuis son enfance, elle ne peut se résoudre à quitter son monde et avec ses acquis en administration, elle dirige durant les mois d’été une galerie d’art en Charlevoix, berceau reconnu de la peinture québécoise durant la saison touristique; elle organise une exposition et opte pour les arts visuels, seul domaine qui la satisfasse et qui réussit à toucher à tous ses domaines de prédilections.  

C'est en 1988, j'en étais à la 3e édition de mon ouvrage "Investir dans les Oeuvres d'art" et j'avais un impérieux besoin d'aide. Caroline m’a proposé son soutien et ce fut une première collaboration très profitable. Nos expériences communes se chevauchant à des époques différentes nous ont permis d'éditer " Investir dans les Oeuvres d'art # 3 ". Ce fut le début d'une collaboration soutenue, d'un partenariat des plus favorable et qui dure toujours.
Elle a fait auprès de moi (Université catholique de Louvain) des études à titre de " compagnon " comme l'avaient fait avant elle, en Europe, bien d'autres peintres, écrivains, et amoureux des arts depuis des siècles. J'ai perçu très rapidement le potentiel et la rare intelligence de Caroline. L'exercice de la profession d'expert en marché d'art ne s'apprenant pas par des études théoriques, mais plutôt par la pratique quotidienne disciplinée durant de longues années. Que ce soit comme collaboratrice d'édition de livres, de monteure de films, d'assistante à l'expertise photographique, ou encore comme responsable de l'organisation d'événements (lancement de peintres, ouverture de galeries d'art, publicité et marketing), rien n’a été  laissé dans l'ombre. Sa formation fut longue et complète. Elle continue, encore aujourd’hui, son autoformation.

Dix ans plus tard, en 1999, je lui ai remis, avec une grande fierté partagée d'ailleurs, un sceau d'expert-conseil en marché d'art notarié. Après avoir complété 10 ans d'apprentissage, de pratique et de réalisations dans ce domaine je lui remis l'équivalent d'une maîtrise accompagnée de ma chaleureuse recommandation.
Elle s'implique à fond dans un nouveau défi et participe à toutes les étapes de la réalisation d'un long métrage " Faut être fou pour peindre dehors, des Productions Louis Bruens inc. sur la vie quotidienne des peintres. Ce film a été diffusé chaque année à Radio Canada, de 1990 à 1995. Mon 15e ouvrage voit le jour en novembre 1995 (toujours en étroite collaboration), il s'agit d'un livre qui porte pour titre " les Secrets du marché de la peinture ". De cette collaboration constante est née une harmonie de pensées et de sentiments uniques.

Au fil du temps, elle continue sa formation en informatique, une formation constante qui ne peut se dissocier de la philosophie de vie de Caroline, et qui l'a accompagnée tout au long de sa vie adulte.
Mettant à profit ses études en finance, elle s'intéresse toujours davantage au marché du tableau. Elle désire aider les peintres, ses amis, sa famille, car ça aussi, c'est indissociable de son caractère… c'est génétique dit-on en plaisantant à son sujet.
C'est en 1992 que Caroline crée le ArtWeb et partage son temps entre ses passions  : l'étude du multimédia, de l'Internet et du marché de l'art. C'est à l'université de Concordia qu'elle poursuit une brève formation de «La Banque de Terminologie du Québec».
Lors d’une recherche en terminologie sur divers sujets d’actualité, de célébrités, etc., alors  que le public faisait des suggestions de recherche qui s’avèraient souvent vaines, Caroline s’est lancée en proposant la catégorie ART (il n’en existe toujours pas en 2013 sur le fameux You Tube… de catégorie Art) et, oh! Miracle, une réponse enfin surgit alors que le formateur venait de donner à l'assemblée le résultat... le seul et unique résultat de la base de données dans la catégorie ART :  Investir dans les oeuvres d'art de Louis Bruens. Enfin, du concret avec Internet, nous étions comblés. Notre partenariat a donc jeté son dévolu sur la communication, l'informatique et l’intégration des artistes dans lesdites communications mises au service des arts visuels. Ils lancent une compagnie, dans les Laurentides, la société est spécialisée en vente et service informatique, devient fournisseur Internet, propose et réalise des sites web spécialisés, etc. des catalogues de vente en ligne, Caroline réalise des plans d'affaires et monte des dossiers de projets spéciaux, des missions d’entreprises, etc.

Caroline, ce phénomène, a appris l'art de vulgariser les textes les plus hermétiques. Elle adapte et simplifie les idées les plus compliquées, elle les décortique et les explique pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Elle exècre les textes alambiqués truffés de "perles littéraires" des textes sans valeur, incompréhensibles qui satisfont la cohue de "snobinards" de "faux intellectuels" et "de pseudos-historiens" du monde de la peinture et Dieu sait qu'ils sont légions.
Caroline n'a de cesse d'élaborer inlassablement plans et projets qu'elle explique avec grand renfort de coups de crayon, elle adore noircir ses idées et les porter dans le premier cahier, la première feuille, et tous les napperons de restaurant dont elle dispose, elle est très visionnaire et surtout très prolifique. Elle n'a pas attendu de suivre tous ses savants cours pour concrétiser ses projets un après l'autre. Caroline est toujours présente, chef de file, exigeante, convaincante, c'est la sincérité qui la caractérise, elle est tellement convaincue qu'on lui résiste avec grande difficulté. C’est le propre d’une battante. Quand un projet est en route, elle ne perd pas son temps en vaines explications. Elle s'attaque de front à tous les problèmes et met immédiatement la main à la pâte, son énergie créatrice se communique directement, elle est très proche des membres de son équipe. Une véritable boule d'énergie.

1990 - Comme Charles Carson l'a si bien exprimé : "La réflexion, la vision et la planification se sont imbriquées et le bouillonnement des idées des deux acolytes leur persévérance aussi ont réussi à faire réapparaître le fil d'Ariane qui les guidait et à ramener la formidable équipe multidisciplinaire à bon port et à la replacer face à de nouveaux défis concernant la relance du marché de la peinture et j'en suis le plus heureux.

1997 - En comptabilité, elle apprend à effectuer le cycle complet des opérations de l'entreprise et ne remet la barre qu'une fois en pleine réalisation de ses objectifs de contrôle : investissement, organisation, analyse, stratégie d'études de cas, préparation de mission d'entreprise, de présentation de projets spéciaux, de dossiers d'excellence, aux statistiques, à l'éthique dans les affaires, en économie, en organisation des marchés, en marketing avancé, en gestion du personnel.

1999 - Elle pratique maintenant à titre d'expert-conseil indépendante en marché d'art, pouvant ainsi authentifier, certifier et évaluer des collections de tableaux tant privées que corporatives. Ses services sont proposés pour garantir des hypothèques, donner aux assureurs un barème de valeurs, aux notaires dans les successions et aux collectionneurs investisseurs qui désirent connaître la juste valeur marchande de leur collection. Sa compétence ne peut être mise en doute un seul instant. 30 ans de pratique dans le marché de l'art dont 15 ans à titre d’expert-conseil en marché de l’art font de Caroline Bruens une expert-conseil fiable et sérieuse.
Ses expériences diverses se matérialisent aussi sur Internet ne s'étant jamais éloigné du monde de la technologie, elle saute d'un logiciel à l'autre avec énormément d'aisance, tout semble facile pour elle, car elle n'a jamais écarté le côté pratique du travail, préférant souvent passer des heures à apprendre les fonctions d'administrateur, à comprendre un maximum de langage de programmation, elle a vraiment réussi à relever le défi et la "femme orchestre" qu'elle est devenue jongle avec la théorie et la pratique de façon déconcertante.

2003 - Après 16 ans de vie commune, Caroline et moi avons convolé en juste noce.

2005 - Le leadership de Caroline les mène à la fondation de l'Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec dont le mandat consiste principalement à promouvoir et à diffuser les œuvres de nos artistes peintres sur le marché provincial, national et international... Au moins, ma relève est assurée.
________________________________________
Production et direction de Caroline et Louis Bruens
2013 - Gala ACADEMIA XXI le 11 mai, à la Maison des arts Desjardins Drummondville
2013 - Exposition des maîtres et d'oeuvres sélectionnées du 23 avril au 11 mai à la Galerie d'art Desjardins
2012 - 6 vidéos des nouveaux maîtres
2012 - Une trentaine de vidéos : Lyse Marsan rencontre.
2012 - Présence importante et communication quotidienne dans les médias sociaux : Facebook, Twitter, Googles +, etc.
2012 - Concours international de peinture et sculpture.
2011 - DICTIONAR DE FRANCOFONIE CANADIANA - Coordonator general : Corina Dimitriu-Paitescu - Corrodonatori : Maria Pavel, Christina Petras, Dana Nic. EDITURA UNIVERSITATII ,, ALEXANDRU IOAN CUZA IASI - 2011. Descrierea CIP a Bibliotecii Nationale a Romaniei. Bibliogr. ISBN 978-973-703-625-4.
Prefata : Henriette Walter : Profesor emerit de lingvistica la Université de Haute Bretagne, Presidinte al Societatii Interntionale de Lingvistica Functionala, Membru in Consiliul Superior al Limbii Franceze et Cavaler al Legiunii de Onoare a Frantei.
AUTORII : Marilena DRACEA-CHELSOI (MDC) Universitea din Bucuresti.
ACADEMIA INTERNATIONALE DE ARTE FRUMOASE DIN QUEBEC - ACADÉMIE INTERNATIONALE DES BEAUX-ARTS DU QUÉBEC, fondée par BRUENS Caroline, BRUENS Louis (page 23 du dictionnaire)
BRUENS Caroline (page 150-151)
L'Academie Internationale des Beaux-Arts du Québec: Colectia Dictionarele Editurii Universitatii. Seria Lexikon.
Lucrare finantata de Consiliul Natioanl al Cercetarii in Invatamantul Superior (CNCSIS) ca reultat al Proiectulue IDEI - 418, 2007-2010 (director de proiect : Corina Dimitriu-Panaeitestu.
Referenti stiintifici :

RÉFÉRENCÉ PAR :
Patrice Brasseur - Université d'Avignon et des Payse de Vaucluse (Avignon, Franta)
Zélie Guével - Université Laval (Québec, Canada)
Pierre Morel - Université Babes-Bolyai (Ckuj-Napoca, Romania)
Antoine Soare - Université de Montréal [Québec, Canada)
Remus ZÄstrouiu - Institutul de Filologie Romana,, A. Philippide" (Iasi, Romana)

2011 - Tenue du GALA ACADEMIA XXI - 2011 et présentation de l'exposition des maîtres et des artistes sélectionnés par ces derniers. Concours international de peinture comptant plus de 200 participants. Au théâtre Marcellin-Champagnat, TMC.

2011 - Entrevues d'artistes au Symposium de Baie-Comeau

2010 - L'Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec rayonne sur les médias publics. On augmente la présence de l'Aibaq sur tous les réseaux.

2009 - Gala ACADEMIA XXI au Musée des beaux-arts de Montréal.
Caroline Bruens Aibaq II - Ce deuxième compte FaceBook - (Caroline Bruens II - photo de droite sur la vignette)  affiche maintenant complet. Il compte 5000 amateurs d'art lui aussi.

2008 - Développement du site artacademie.tv, 45 entrevues vidéos et du matériel sur la peinture d'art.

2007-2008 - Le rayonnement de l'Académie s'élargit, des artistes de France, d'Italie, de Belgique, des Amériques, d'Afrique, d'Espagne, d'Europe de l'Ouest joignent les rangs. Les membres participent à des expositions en France, en Angleterre, en Belgique, etc.
AIBAQ- Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec - nous comptons plus de 5000 amateurs d'art sur la page FB de l'AIBAQ. Nous vous invitons à vous joindre à tous nos visiteurs.

2006 - Caroline Bruens crée, organise et présente le Gala Academia XXI, avec Louis Bruens, ce gala est présenté au Musée des beaux-arts de Montréal.

2005 - Caroline Bruens et Louis Bruens fondent l'Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec. Caroline Bruens oriente ses connaissances vers un idéal, voilà la mission qu'elle s'est fixée. Elle regroupe son expérience d'éditrice de livres d'art, de fournisseur Internet, de créatrice de sites web et de dossiers spéciaux, de rédactrice, d'informaticienne chevronnée...Enfin! la convergence, l'Académie !
Elle travaille actuellement à l'élaboration d'un cours sur l'art et son marché, un cours de vulgarisation visant les amateurs d'art, les collectionneurs, les investisseurs, les galeristes et les artistes.
Tour à tour, rédactrice, chroniqueuse, écrivaine ... coach, journaliste. Ne cherchez pas Caroline Bruens tous les jours dans les cocktails… c'est une travailleure de fond, la femme du "Bunker". Je vous invite tous à travailler avec elle avec confiance.
Grâce à sa formation préalable et son implication dans le marché de l'art depuis 1988, Caroline accompagne les artistes dans leur plan de carrière.
Création du module investissement de l'Académie. Ce résultat est le fruit de recherches appliquées depuis 1960 par Louis Bruens. Le couple présente le LIVREL «Investir dans les oeuvres d'art» en 3e réédition avec la collaboration de Patrick Plouffe, bras droit, programmeur et webmestre depuis 18 ans.
Aux commandes de l'Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec, vous la retrouverez, calme et heureuse, épanouie et serviable. La promotion des artistes redevenue sa priorité.

1999 - Après 10 ans d'immersion et d'études à titre de « compagnon » elle obtient son sceau notarié d'expert-conseil en art et en son marché, équivalent à une maîtrise.

1985 - Diplômée de l’Institut des fonds d’investissement du Canada en décembre 1985.

1983 - elle se consacre à l'étude de la peinture, à l'écriture, l'organisation d'expositions de peintres, elle expérimente l'ouverture et l'opération d'une galerie d'art.

1981 : Un très grave accident l'oblige à réviser radicalement son orientation. Elle obtient sa licence de courtier en fonds d'investissement et en planification financière du Centre national de Courtage financier. Un peu plus tard, elle utilisera ses connaissances en finance à des fins complémentaires.

1966 : Étude collégiale (Eastern Business College).


________________________________________
Caroline Bruens a collaboré à toutes les étapes de rédaction, de correction et d'édition des ouvrages suivants :
1988 Investir dans les oeuvres d'art #3 (Éd. La Palette) ISBN 2-9801060-1-1
1989 92 Transparences (Éd. La Palette) ISBN 2-9801060-2-X
1990 Bruno Coté (Éd. La Palette) ISBN 2-9801060-2-X
1990 Qui donc est Missakian  (Éd. La Palette) 2-9801060-5-4
1990 200 Visions nouvelles de peintres du Québec (Éd. La Palette) 2-9801060-3-8
1991 106 Professionnels de la Peinture (Éd. La Palette) ISBN 2-9801060-5-4
1990 Faut êtr' fou pour peindre dehors (film)
1992 Peinture, culture et Réalités québécoises (Éd. La Palette) ISBN 2-9801060-7-0
1993 Les secrets du Marché de la peinture (Éd. PolyInter) ISBN 2- 983750-0-4

ArtWeb sur Internet
1995 Humour, couleur et verbe (Éd.PolyInter) 7 "" ISBN 2-98-3750-1-2
        Agenda d'art «Utilis» Groupe Sogidès de 1991 à 1997 annuellement  (Éd. de l'Homme)
1995 à 2005 - Agence de communication
2005 - Investir dans les oeuvres d'art #4 (version électronique)
2005 à nos jours - Co-Fondatrice de l'Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec

 

 

 

 

 

 

Louis Bruens (1928-2013) est décédé dans la nuit du 12 mai, après la tenue du Grand Gala ACADEMIA XXI - 2013.

Le grand homme a tiré sa révérence. La famille a reçu les condoléances, le vendredi 24 mai 2013, à la Résidence Funéraire J.H. Vanier et Fils inc. Située au 30 rue Préfontaine est, à  Sainte-Agathe-des-Monts. Une cérémonie de la parole a eu lieu le samedi 25 mai 2013, à 10h30, en l’église de Sainte-Agathe-des-Monts.

Louis Bruens est né en Belgique en 1928, un 1er avril. Son père, photographe scientifique et aquarelliste, lui enseigne tous les secrets de la photographie et de l'aquarelle. Après la guerre 1939-1945, il se dirige vers la psychologie et les sciences sociales. Pour payer ses études, il sera tour à tour comédien, humoriste, vendeur, scripteur, etc.

En 1956, il décide de partir au Canada et se tourne vers le commerce de l’art et devient marchand de tableaux. Alors qu’il existe très peu de galeries d’art  (environ une dizaine) il sillonne le Québec de long en large en proposant des tableaux canadiens lors d’expositions itinérantes. Il profite de ses voyages et de ses temps libres pour étudier, de manière approfondie, l’histoire de la peinture canadienne et particulièrement québécoise. En 1966, suite à un malencontreux accident, il se voit dans l'obligation de suspendre ses longs déplacements en voiture. Polyglotte, il accepte un poste de directeur commercial en Allemagne pour une firme canadienne d’investissement, il en profite pour étudier toutes les formes de placements, particulièrement le marché du tableau. Profitant de sa présence en Europe et, grâce à ses connaissances en photographie, il passe quelques mois au Musée du Louvre où un ami lui apprend les techniques d’expertise de tableaux.

En 1960, devant le peu d’intérêt des adolescents pour les arts et étant donné le peu d’activités pour les résidents, il crée, en compagnie de son ami Denis Lanctôt, avocat, le Centre d’Art de Boucherville » devenu aujourd’hui le « Centre multifonctionnel de Boucherville. La même année, il réussit à récolter, en faisant du porte-à-porte, plus de mille livres, romans, science, etc. Le gouvernement du Québec de cette époque exigeait 750 ouvrages pour recevoir une subvention destinée à la création d’une bibliothèque. Cette bibliothèque est née la même année et aujourd’hui est devenue l’une des plus importantes du Québec. Adepte des arts martiaux depuis l’âge de dix-huit ans, il fonde le premier club de judo de Boucherville, en 1960, après avoir fondé un club du genre à Montréal en 1957.

Dès son retour d'Allemagne, en fin 1968, après de multiples voyages dans le monde, il devient directeur de galeries d’art et ouvre la sienne propre tout en cumulant les professions de courtier, d’expert en valeur d’art , de conférencier et de conseiller en investissement en art.  En 1978, il publie son premier ouvrage : « Investir dans les oeuvres d’art numéro 1 », connu comme un best-seller. Cet ouvrage connaîtra deux éditions supplémentaires, mises-à-jour, en 1982 et en 1988. Il réalise de plus, en 1988 un film long métrage: « Faut êtr’ fou pour peindre dehors! », une heure de festivités du 150è anniversaire du Lac St-Jean. Ce film sur la vie quotidienne des peintres fut diffusé à Radio-Canada. Son 15eouvrage voit le jour en novembre 1995, il s’agit d’un livre qui porte pour titre « Les secrets du marché de la peinture ». Ensuite, il consacre une bonne partie de son temps à l’étude du multimédia et de l’Internet. Il a conçu ainsi bon nombre de sites web spécialisés et de grande qualité. L’humour est sa note particulière, qu’il utilise autant dans ses livres que dans ses conférences; son style est personnel et dynamique, il entraîne le lecteur dans un dialogue animé où il l’instruit tout en l’amusant. Louis Bruens a développé un talent particulier pour vulgariser les questions qui semblent les plus complexes à la majorité des gens, que ce soit en art, en histoire, en psychologie ou en sociologie.

Durant toutes ces années, il poursuit la pratique d’expert-conseil indépendant en marché de l’art. Il authentifie, analyse et évalue de nombreuses collections tant pour les corporations que pour les assureurs et les collectionneurs privés. Cinquante années de pratique dans le marché de l’art font de Louis Bruens un expert reconnu et un auteur apprécié. En 2004, devant les nombreuses demandes et suggestions en provenance d'artistes et d'amateurs d'art, il décide, avec Caroline son épouse (27 ans de métier et de 22 ans plus jeune que lui) de poursuivre leur dans le marché de l'art en créant une nouvelle institution : L'Académie Internationale du Québec, institution dont les sites web ont reçu plus de trente-sept millions de requête depuis janvier 2007. Les deux premiers galas de l'Académie ont eu lieu au Musée des beaux-arts de Montréal.

En lisant la suite vous découvrirez un homme vraiment unique au parcours étonnant. Polyglottes, cet homme de lettres, curieux, se passionne pour le monde scientifique et artistique.

EN SAVOIR PLUS AU SUJET DE L'AIBAQ

La grande décision

En avril 1956, il décide d'émigrer au Canada. Sa femme et ses quatre enfants le rejoindront trois mois plus tard. En septembre, il se retrouve scripteur et comédien à Radio-Canada.

Une longue aventure

En 1959, après la grève des réalisateurs de Radio-Canada, il se tourne résolument vers le commerce de l'art et devient marchand itinérant de tableaux. Alors qu'il n'existait que peu de galeries d'art (une dizaine ) Il sillonne le Québec de long en large en proposant aux visiteurs de ses expositions des tableaux canadiens et européens. Profitant de ses voyages et de ses temps libres, il se plonge de manière approfondie dans l'histoire de la peinture canadienne, particulièrement québécoise, et donne des conférences dans les coins les plus reculés de la province.

Une formation en investissement…et en expertise

En 1966, comme suite à un malencontreux accident, Louis se voit dans l'obligation de suspendre ses longs déplacements en voiture. Sa connaissance de la langue allemande lui vaut un poste de directeur commercial en Allemagne pour une firme canadienne d'investissement, la B.I.F.: " British International Finance " sa présence en Europe lui donne l'occasion d'étudier à fond toutes les formes de placements, particulièrement le marché du tableau. Profitant de ses compétences en photographie, il passe quelques mois au Musée du Louvre où un ami lui enseigne les techniques d'expertise de tableaux.

Un galeriste

Dès son retour définitif au Canada en 1968, après de multiples voyages dans le monde, il devient directeur de quelques galeries d'art au Québec et ouvre enfin la sienne propre dans le Vieux-Montréal, tout en cumulant les professions de courtier, d'expert en valeur d'art et de conseiller en investissement en art pour plusieurs corporations importantes.

Investir dans les œuvres d'art

Réalisant combien les artistes peintres ont de la difficulté à poursuivre une carrière, il publie en 1978 son premier ouvrage important : " Investir dans les oeuvres d'art " connu comme un best-seller. De conférence en conférence, il sensibilise toujours plus de gens aux arts visuels. Et encore en 2011 il conforte les investisseurs par ses opinions éclairées.

Et la réalisation d'un film

Il produit et réalise en 1988 un film long métrage: " Faut êtr' fou pour peindre dehors ! " Film sur la vie d'une trentaine de peintres rassemblés à Chicoutimi lors d'un symposium. Ce film à été diffusé par Radio Canada durant cinq ans.

15 livres d'art en 17 ans

Son 15e ouvrage voit le jour en novembre 1995, il s'agit d'un livre qui porte pour titre " Les secrets du marché de la peinture " Ensuite, il consacre une bonne partie de son temps à l'étude de l'informatique, du multimédia et de l'Internet. Il a conçu ainsi bon nombre de sites Web spécialisés et de grande qualité. Sa note particulière est l'humour, qu'il utilise autant dans ses livres que dans ses conférences. Son style personnel et dynamique entraîne le lecteur ou l'auditeur dans un échange de vues animé; son but : instruire en amusant. Louis Bruens a développé un talent particulier pour vulgariser les questions qui semblent les plus complexes à la majorité des gens, que ce soit en art, en histoire, en psychologie ou en sociologie.

Une longue aventure dans le marché de la peinture

Durant toutes ces années, il poursuit la pratique d'expert-conseil indépendant en marché de l'art. Il authentifie, analyse et évalue de nombreuses collections, tant pour les corporations que pour les assureurs et les collectionneurs privés. Quarante-cinq années de pratique dans le marché de l'art ont fait de Louis Bruens un expert reconnu et un auteur apprécié. À la demande de nombreuses personnes, le livre " Investir dans les œuvres d'art " connaîtra une quatrième édition, mais cette fois sur Internet, à partir de 2004.

À paraître :

En juin 2005, Louis Bruens terminait son autobiographie de plus de quatre cents pages. Cette histoire de vie commence alors qu'il a 12 ans lorsque l'armée allemande envahit et occupe la Belgique. À l'âge de quinze ans, il connaîtra la faim, le camp de concentration, la torture, le maquis et ensuite, après la guerre, une période à l'armée belge reconstituée. Il connaîtra encore de nombreuses aventures dans plusieurs pays. Ce livre-vérité est écrit avec amour, passion et humour.

Agent culturel

Après 53 ans d'expérience dans le marché de l'art, en qualité de marchand de tableaux, de courtier, d'évaluateur, d'expert, de conférencier et auteur d'une quinzaine d'ouvrages sur le sujet de la peinture, Louis Bruens décide, en mai 2005, avec son épouse, également spécialiste en art, de créer une nouvelle institution en faveur des artistes peintres d'une part et des amateurs d'art, collectionneurs et investisseurs d'autre part. Il s'agit de l'Académie Internationale des Beaux-Arts du Québec sous l'acronyme " AIBAQ "

1978 Investir dans les oeuvres d'art No 1 ( Éd. De Martigny )

1980 Investir dans les oeuvres d'art #2 ISBN 2-89204-011-6

1982 Les dessus, les dessous du marché... l'art (Éd. B.L.) ISBN 2-920430-01-7

1985 30 peintres figuratifs du Québec (Éd. Trécarré) ISBN 2-89249-120-7

1987 52 couleurs du Québec, 52 peintres (Éd. La Palette) ISBN 2-9801060-0-3)

1988 Investir dans les oeuvres d'art #3 (Éd. La Palette) ISBN 2- 9801060-1-1

1989 92 Transparences (Éd. La Palette) ISBN 2-9801060-2-X

1990 200 Visions nouvelles de peintres du Québec (Éd. La Palette) ISBN  2-9801060-3-8

1990 Biographie Bruno Côté (Éd. La Palette) ISBN - 2-9801060-4-6

1991 106 Professionnels de la Peinture (Éd. La Palette) ISBN 2-9801060-5-4
1993 Les secrets du Marché de la peinture (Éd. PolyInter) 2-98-03750-0-4
1992 Peinture, culture et réalités québécoise (Éd. La Palette) ISBN 2-9801060-7-0
1991 à 1997 sept agendas  -  Agenda d'art  -  Utilis - Groupe Sogidès (Éd. de l'Homme)
1995 Humour, couleur et verbe (Éd. PolyInter) ISBN 2-9803759-1-2

2004 Investir dans les œuvres d'art (Internet)

2005 Lancement du site officiel de l'Académie www.artacademie.com

2005-2006 Gala ACADEMIA XXI au Musée des beaux-arts de Montréal

2007 Lancement du site www.academiaxxi.com

2007-2008 Gala ACADEMIA XXI au Musée des beaux-arts de Montréal

2008 - Production de 45 films-video et préparation du ArtAcademie.tv

2009 Gala Academia XXI  le 2 mai 2009 au Musée des beaux-arts de Montréal, Louis Bruens est honoré de la médaille d'honneur de l'Assemblée nationale du Québec lors de ce prestigieux gala.

2011 Gala Academia XXI, le 23 avril 2011 au Théâtre Marcellin-Champagnat de Laval

2013 Exposition des maîtres et des oeuvres sélectionnées par ces derniers. Galerie d'art Desjardins Drummondville
.Gala Academia XXI, le 11 mai 2013 à la Maison des Arts Desjardins de Drummondville

HONNEURS : Médaille d'honneur de l'Assemblée nationale du Québec en 2009, au Musée des beaux-arts de Montréal. Cette médaille lui fut remise pour 50 ans d'implications dans les arts et le patrimoine québécois.

FILM :  Production & réalisation d'un moyen métrage : 1h. " Faut êtr' fou pour peindre dehors " avec la participation de 27 artistes peintres québécois.

Louis Bruens a produit et réalisé ce film dans le cadre d'une rencontre d'artistes invités lors du 150e anniversaire du Saguenay - Lac-Saint-Jean.
Pour communiquer avec Louis Bruens : louis.bruens@artacademie.com

PARU : Colectia Dictionarele Editurii Universitatii. Seria Lexikon.

Lucrare finantata de Consiliul Natioanl al Cercetarii in Invatamantul Superior (CNCSIS) ca reultat al Proiectulue IDEI - 418, 2007-2010 (director de proiect : Corina Dimitriu-Panaeitestu.

Referenti stiintifici :

Patrice Brasseur - Université d'avignon et des Payse de Vaucluse (Avignon, Franta)

Zélie Guével - Université Laval (Québec, Canada)

Pierre Morel - Université Babes-Bolyai (Ckuj-Napoca, Romania)

Antoine Soare - Université de Montréal, (Québec,Canada)

Remus ZÄstrouiu - Institutul de Filologie Romana,, A. Philippide" (Iasi, Romana)

2011 DICTIONAR DE FRANCOFONIE CANADIANA - Coordonator general : Corina Dimitriu-Paitescu - Corrodonatori : Maria Pavel, Christina Petras, Dana Nic. EDITURA UNIVERSITATII ,, ALEXANDRU IOAN CUZA IASI - 2011. Descrierea CIP a Bibliotecii Nationale a Romaniei. Bibliogr. ISBN 978-973-703-625-4.

Prefata : Henriette Walter : Profesor emerit de lingvistica la Université de Haute Bretagne, Presidinte al Societatii Interntionale de Lingvistica Functionala, Membru in Consiliul Superior al Limbii Franceze et Cavaler al Legiunii de Onoare a Frantei.

AUTORII : Marilena DRACEA-CHELSOI (MDC) Universitea din Bucuresti.

ACADEMIA INTERNATIONALE DE ARTE FRUMOASE DIN QUEBEC - ACADÉMIE INTERNATIONALE DES BEAUX-ARTS DU QUÉBEC, fondée par BRUENS Caroline, BRUENS Louis (page 23 du dictionnaire)

BRUENS Caroline (page 150-151) et BRUENS Louis, (page 151-152)

^ haut

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laura Leroux

Elle a commencé sa carrière à l'ouverture de Radio-Canada, puis à la Comédie-Canadienne, au Gésu, ensuite on la retrouve comme chef habilleuse aux Jeux Olympiques et elle la termine à la NCT où elle a travaillé jusqu'à sa retraite.


Les créations artistiques présentées sur les sites de l'AIBAQ sont protégées par le droit d'auteur. Toute reproduction sans le consentement de l'auteur est illégale et peut faire l'objet de poursuites judiciaires.
 
Les auteurs conservent l'entière responsabilité de leurs textes et ne présentent pas nécessairement les opinions de l'Académie (AIBAQ.)

© Copyright A.I.B.A.Q. 2005-2017 - Tous droits réservés