art quebec artistes peintre sculpteur
Galerie d'art
Galerie d'art
artiste peintre quebec


Recherche:

Professionnel

 
  
 
    

AIBAQ

Entrez dans la section Investir »

Qui ne rêve pas au pécule qu'il lui sera possible de retirer dans ses vieux jours ? Naturellement, les sources d'investissement sont nombreuses, mais rares sont celles sur lesquelles on peut vraiment compter. Il n'existe pas de placement sûr à court terme et, même à long terme. Les placements boursiers sont certainement les plus dangereux pour les rêveurs à petit budget. Avec la sempiternelle baisse des intérêts depuis plusieurs années, la majorité des épargnants, dans divers fonds de placement ou de retraite, arrivés à l'âge du repos, ont vu rapidement leurs rentes mensuelles décroître, de mois en mois. Il y a vingt ans, trente ou quarante ans, investir dans les fonds communs (fonds mutuels) était présenté comme la seule garantie valable d'assurer notre avenir, car « On ne plaçait pas tous nos œufs dans le même panier ». Le temps nous a prouvé que les œufs des uns et des autres étaient généralement tous pourris avant terme. L'immobilier peut être un bon placement., dépendant des années, des régions, des situations économiques toujours fluctuantes et, naturellement, des décisions politiques.

Enfin, nous pourrions ainsi citer de nombreuses possibilités de perdre notre vie future. Parmi les diverses possibilités d'investir qui s'offrent à nous chaque jour qui passe, n'y en a-t-il pas de plus sécuritaires que d'autres ?

Je lis dans le « Journal de Montréal » du jeudi 29 décembre 2005 le titre suivant : LES VENTES AUX ENCHÈRES D'ART CANADIEN ONT BONDI EN 2005.

En préambule, il est écrit : TORONTO (pc) Les ventes aux enchères d'art canadien en 2005 ont ENCORE UNE FOIS battu des records et démontré qu'aucune correction du marché ne pointe à court terme.

Suit le détail des données compilées par le Globe and Mail, les trois plus importantes maisons de ventes aux enchères canadiennes - soit Heffel Fine Art, à Vancouver et les torontoises Sotheby.s/Ritchies et Joyner Waddington's- ont vendu pour un total combiné de 46 Ms incluant la prime des acheteurs. Il s'agit d'une augmentation de 40 % par rapport au total de 2004 et d'une confirmation que l'explosion du marché de la revente commencée dans le milieu des années 1990 est encore en cours.

Je conseille à l'amateur d'art ou l'investisseur intéressé à lire l'article au complet de demander une copie au « JOURNAL DE MONTRÉAL »

Voici une anecdote; Au cours des année '60, alors que j'étais marchand de tableaux itinérant, j'avais comme client un jeune avocat de Sherbrooke. En quatre ans, il m'acheté pour douze mille dollars de tableaux. Naturellement, je le conseillais dans ses choix. Ainsi, il a acquis des M.A.Fortin, des œuvres de chacun du Groupe des Sept. Des Masson, Emily Carr et d'autres artistes de même calibre. N'oublions pas nous étions dans les années soixante.

Beaucoup plus tard, en 1980, je reçois un appel téléphonique de ce monsieur. Il m'invite à souper avec lui à l'Hôtel Ritz à Montréal. Je croyais qu'il voulait recommencer à investir dans l'art, mais non! Il voulait simplement me remercier de l'avoir si bien conseillé. Il venait d'acquérir une belle grande maison de 200 000 $ avec la moitié de sa collection. Aujourd'hui, en 2006, ce qui lui restait de sa collection doit valoir quelques millions. Tout cela pour douze mille dollars trente-cinq ans plus tôt. Connaissez-vous un meilleur placement que les œuvres d'art ? En outre, vous en jouissez toute votre vie.

Nous avons aujourd'hui des artistes d'une valeur égale à ceux que je vendais en 1960. Alors! Je vous conseille de voir ce qui suit.

Louis Bruens.

LIVREL : Investir dans les oeuvres d'art ***** de Caroline Bruens 

 

 

Lire la suite


Les créations artistiques présentées sur les sites de l'AIBAQ sont protégées par le droit d'auteur. Toute reproduction sans le consentement de l'auteur est illégale et peut faire l'objet de poursuites judiciaires.
 
Les auteurs conservent l'entière responsabilité de leurs textes et ne présentent pas nécessairement les opinions de l'Académie (AIBAQ.)

© Copyright A.I.B.A.Q. 2005-2017 - Tous droits réservés